A quand la messe ?

Nous y sommes !

Nous avons l’accord de nous retrouver mais avec des règles sanitaires strictes. Oui, les catholiques aspirent à vivre le coeur de la vie chrétienne, soit l’assemblée dominicale. L’eucharistie est le sommet et la source pour l’Église !

Nos communautés catholiques l’attendaient. Elles ont patienté tout en servant les pauvres, les personnes seules, les malades, les famille endeuillées. Plus de mariages, plus de baptêmes, plus de confirmations, plus de professions de foi, et des funérailles en tout petit comité !

L’émotion suscitée par cette attente a eu comme réponse un zèle étonnant pour inventer des manières de vivre sa foi à domicile et reliés par les moyens de communication.

Les catholiques sont des citoyens responsables et les équipes pastorales paroissiales sont invitées à réfléchir dès maintenant pour chaque église utilisée pour des célébrations comment mettre en oeuvre les bonnes règles sanitaires. Nous prendrons toutes les mesures pour que nos assemblées respectent la nécessaire protection des personnes : nettoyage des assises, masque obligatoire pour tout fidèle, mains lavées, gel avant la communion pour le célébrant et les ministres de la communion et masque pour donner la communion, communion des fidèles dans la main tendue bien en avant, geste de paix à distance, désinfectant pour les meubles et les poignées de portes, hygiène impeccable pour les objets liturgiques et les linges, et même l’argent des quêtes sera stocké à l’abri pour attendre que le virus disparaisse s’il y était présent et trié avec des gants.

Utiliser l’application La Quête et le site jedonnealeglise.fr reste un moyen très sûr pour tous.

Le nombre de fidèles par messe sera limité en rapport à la taille des églises, et nous aurons plusieurs messes dans diverses églises pour limiter les déplacements. Les fidèles viendront aider leur curé pour accueillir, placer à distance les personnes (au moins un mètre au moins), préparer l’espace. Cela ne se fera pas sans l’engagement des communautés locales. Nous ne serons pas des consommateurs mais des acteurs de notre vie ecclésiale. On nous dit que la vie ne sera plus la même après la pandémie. Certes c’est possible, mais seulement si nous prenons tous conscience que la vie catholique d’une communauté est l’affaire de chacun.

Au plan financier, prenons aussi conscience que nous n’avons pas eu de quête ni de casuel ou presque depuis plus de deux mois. Nos finances en ont pris un coup très sérieux, aussi pas besoin de vider le fond des poches dans le panier. Que notre offrande ait un sens ! Est-il normal de payer 12 euros un paquet de cigarettes, ou 20 euros un restaurant et que le don moyen à la quête soit de 1,5 euros ? Accueillons cela dans la joie et le sens du service.

De tout coeur avec chacun, en ce temps pascal, nous allons vers la Pentecôte source de joie. Notre Eglise est portée par tous vos efforts et vos actes de générosité envers autrui. Bravo car nous ne baissons pas les bras. Les retrouvailles seront heureuses autour du Christ Ressuscité et dans la force de la Pentecôte.

Monseigneur Philippe Christory

Partagez : 
ab5980e5515d252d5cb4e514de1b80df666666666666