Accueil des réfugiés : où en est-on ?

Qu’en est-il de l’accueil de réfugiés de Syrie et d’Irak ?

P. Blondeau, VG Chartres

Père Emmanuel Blondeau, Vicaire Général du diocèse de Chartres

Quand j’entends les gens m’interpellant sur cette question, je me réjouis : les chrétiens se laissent bousculer par les drames des autres. Ils ne sont pas indifférents aux souffrances de ces femmes, de ces hommes, de ces enfants qui fuient la guerre, la misère. Les nombreuses paroles de la bible qui parlent du migrant ne restent pas sans écho dans leur cœur.

Alors, beaucoup se posent la question « que devons-nous faire ? »

Certains me font signe : « J’ai un logement que je peux mettre à disposition… » L’appel du pape, daté de début septembre, pour que chaque paroisse puisse accueillir une famille a été entendu. Les équipes pastorales ont pris le temps d’y penser « Nous sommes prêts à constituer une équipe pour accueillir ». Notre évêque, après consultation de personnes engagées dans l’accueil de migrants, de curés… a rédigé une petite note d’information et de conseils pour les communautés et les personnes sensibles à l’appel du Pape à accueillir des familles de réfugiés. Il précise les démarches pour accueillir.

 

 

Deux mois après certains me posent la question : « Mais alors où en est-ton ? »

La générosité ne s’est pas éteinte après le pic de l’emballement médiatique ! Mais notre département n’a pas été submergé par des demandes. Souvent les migrants tentent d’aller là où ils savent qu’ils trouveront une famille, des gens de leur village pour les accueillir. Je constate que les irakiens ou les syriens ne cherchent pas à venir chez nous.

Ne nous démobilisons pas. On ne sait pas quand ces gens fragilisés par l’expérience de se retrouver sans repère frapperont à notre porte.

Cependant sachons-le, des réfugiés d’autres pays arrivent encore chez nous.

Cette semaine, j’ai croisé une famille -parents et 3 enfants- qui arrivent de Colombie « C’est à Chartres que les services de l’OFPRA nous ont envoyés ! »).

Des familles déboutées du droit d’asile (ils sont « sans papier ») sont là, attendant de pouvoir justifier 5 ans de présence sur le sol français pour renouveler leur demande de titre de séjour.

Certaines de ces personnes sont présentes dans nos assemblées paroissiales du dimanche.

Il y a aussi les « calaisiens », ceux de la « jungle de Calais » qui espèrent passer en Angleterre. La situation dans laquelle ils vivent est inhumaine : Les services de l’état cherchent des lieux d’accueil. Chrétiens, nous avons à prendre notre part de solidarité en lien avec les services de l’Etat pour honorer la dignité de chaque personne.

Des associations les accompagnent (Foyer d’Accueil Chartrain, le Secours Catholique, le Bercail…)

Ils ont besoin de bénévoles.

Père Emmanuel Blondeau

Vicaire Général diocèse de Chartres

 

 

Partagez : 
46386c0dc3d9a9add46d34d663443b8b333333333333333333