Bel exemple d’œcuménisme ! Chichester / Chartres

Le dimanche 26 octobre 2014, le Très Révérend Nicholas Frayling, prêtre de l’église anglicane, de la cathédrale de Chichester était accueilli comme chanoine d’honneur de la cathédrale de Chartres. Le Père Dominique Aubert, recteur de la cathédrale de Chartres nous en fait le récit :

Sous le titre “Bel exemple d’oecuménisme” le journal de Chichester faisait  le 25 juin 2011 à écho de la célébration qui venait de se dérouler dans la cathédrale de la ville. L’évêque anglican de Chichester (Angleterre) Mgr John Hind, venait de nommer chanoines d’honneur de la cathédrale, le Père Dominique Aubert, recteur catholique de la cathédrale de Chartres (France) et la pasteur Dorothée Greiner, évêque luthérienne de Bayreuth (Bavière). La ville de Chichester est en effet jumelées avec Chartres et Bayreuth.

dominique aubert chanoine chichester 2011

Les liens oecuméniques entre la cathédrale anglicane de Chichester et la cathédrale catholique de Chartres sont très forts depuis de très nombreuses années. Avec Mgr Pansard et le chapitre de la cathédrale de Chartres nous avons souhaité, à l’occasion de son départ en retraite de sa mission de Dean de la cathédrale de Chichester, accueillir le Très Révérend Nicholas Frayling comme chanoine d’honneur de notre cathédrale. Mgr pansard n’ayant pu être présent pour cet évènement il m’avait demandé de présider cette célébration à sa place. Le Chanoine Malcuit a remis, au cours de la célébration, au Rv Nicholas la médaille de Chanoine d’honneur.

Voici un cours extrait de mon homélie :

« Je repense, ce matin,  en cet instant que nous vivons avec vous et vos amis, cher Nicolas, à ces paroles que le pape François adressait en janvier dernier au rassemblement d’une communauté pentecôtiste auTexas :
« Echangeons cette étreinte spirituelle et laissons le Seigneur finir l’œuvre qu’il a commencée… car le miracle de l’unité a commencé »


 

Et il ajoutait  « Chers frères et sœurs, excusez-moi parce que je parle en italien et non pas en anglais. En réalité je ne parlerai ni en italien, ni en anglais mais‘avec le langage du cœur ’ » et le pape, comme il sait si bien le faire, parle alors d’abondance de cœur, « comme un frère », avec « le langage du cœur, simple et authentique »,


 

J’aime à voir, mon cher Nicolas, dans cet accueil que nous avons voulu pour vous ce matin, une manière de parler ‘avec le langage du cœur’.


 

Un langage qui a « une grammaire spéciale », dit le pape, dotée de « deux règles », explique-t-il : « Aime Dieu par-dessus tout et aime l’autre parce qu’il est ton frère » Avec ces deux règles, le chrétien « avance » dit-il…

J’ai proposé que nous vous remettions la médaille de Chanoine d’Honneur de notre cathédrale aujourd’hui à un moment précis de la Messe. Au moment de ce rite si beau et si important du « baiser de paix ».

Dans votre liturgie, la liturgie anglicane, il est placé avant l’offertoire  insistant sans doute davantage sur l’invitation du Seigneur :« Devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande »

Dans notre rite romain il est placé après le Notre Père et avant la communion. Réconciliés avec Dieu et entre eux, par le renouvellement du sacri­fice du Christ, ayant chanté ensemble le « Notre Père », les fidèles peuvent se donner la paix avant de sceller leur lien dans la commu­nion.
La paix n’est-elle pas le fruit par excellence du Mystère pascal.

C’est donc juste après le Notre Père que nous dirons en communion avec vous et où nous nous reconnaitrons avec vous frères et sœurs d’un même Père et avant la communion eucharistique, c’est à ce moment là que nous vous vous manifesterons notre attachement fraternel en vous remettant cette médaille de Chanoine d’Honneur.

Cependant, nous le savons, à ce banquet nous ne pouvons pas encore vous et nous accéder ensemble car il manque encore à notre pleine communion.

Conscient de cet inachèvement dans l’unité de l’Eglise tant désirée par le Christ la veille de sa mort, le célébrant va redire, à chaque messe, à ce moment précis, les paroles du Seigneur :  « Seigneur Jésus-Christ, tu as dit à tes apôtres: «Je vous laisse la paix, je vous donne la paix», ne regarde pas nos péchés, mais la foi de ton Église; pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix et conduis-la vers l’unité parfaite, conduis-là vers l’unité parfaite » !

Terminant son adresse à la communauté pentecôtiste, le Pape François citait cette phrase du célèbre écrivain italien Alessandro Manzoni, « Je n’ai jamais vu le Seigneur commencer un miracle sans le bien finir. Il finira bien ce miracle de l’unité ».

Dans cette espérance pleine de confiance, puisse le Seigneur nous faire goûter ce matin la joie qui est la nôtre d’être ensemble, de prier ensemble dans cette magnifique cathédrale sachant que l’expérience de la beauté nous aide à découvrir la sainteté de Dieu et que la musique – et je pense tout particulièrement au Chœur de garçons de votre non moins magnifique cathédrale de Chichester, chœur qui aurait du être là avec nous ce matin – que la musique éveille notre imagination, nous parle de Dieu et s’adresse à toute la personne, car nous sommes créés à l’image de Dieu, qui est source de toute beauté. »

 

Chanoine Dominique Aubert
Recteur de la cathédrale de Chartres

Partagez : 
a12f9db4611defc567c52b84e3dbfbf6*******************