Bertrand Naveau, nouveau diacre permanent

Bertrand Naveau ordonné diacre permanent samedi 18 septembre à 10h en la cathédrale de Chartres

Venez nombreux l’entourer de vos prières.

> Lire l’article de l’Écho Républicain : cliquez ici !

Bertrand Naveau

Présentation de Bertrand Naveau :

J’ai 57 ans, je suis né à Lille et ai fait mes études à Valenciennes. Je me suis marié en 1984 avec Marie-Agnès. Nous avons 3 enfants, 5 petits-enfants  et nous habitons à Barjouville. Je travaille dans l’industrie comme responsable qualité, c’est pour des raisons professionnelles que nous sommes arrivés en Eure-et-Loir il y a 22 ans.

Avez-vous des engagements religieux ?

Oui je suis engagé dans la préparation aux baptêmes sur la paroisse de la Trinité-sur-le-chemin-de-St-Jacques. Nous avons déménagé plusieurs fois et j’ai souvent eu des engagements religieux dans nos différents lieux de vie.

Comment devient-on diacre ?

Ça commence par une sollicitation. Pour moi, c’est le prêtre de la paroisse qui a demandé à nous rencontrer avec mon épouse. C’est à ce moment qu’il nous a invités à réfléchir au diaconat. Pour nous aider dans cette réflexion une année de pré-discernement est proposée. Nous nous retrouvons avec d’autres couples pour des rencontres et des échanges. Au terme de cette année si nous souhaitons poursuivre, le parcours de discernement commence. Nous nous retrouvons pour des temps de formations, de retraites et de prières. Mais chaque couple est aussi accompagné par une équipe qui l’aide dans sa réflexion. Puis, au fur et à mesure de l’avancement, des étapes en Église viennent jalonner le chemin, ce qui rend la démarche plus concrète.

Comment se déroulait les sessions de formation et à quelle fréquence ?

Les formations sont suivies en couple et regroupent d’autres discernants venant des autres diocèses de la province. La fréquence des rencontres est de deux samedis plus un week-end par trimestre.

 Quelles étaient les thèmes de ces rencontres ?

Les sujets sont variés et basés sur trois grands thèmes :

  • L’étude des Écritures, avec St Paul, les Prophètes et les Évangiles.
  • De la théologie, avec des interventions en christologie (étude de la personne et de la doctrine du Christ), les sacrements.
  • Et troisième grand thème la morale.

Pourquoi avez-vous accepté cet engagement ?

Pourquoi sortir de l’ombre ? Pourquoi s’exposer à la critique ? J’étais bien tranquille dans ma mission de baptisé et dans mon engagement dans la préparation aux baptêmes.

Avec le recul, je me rends compte que nous avons toujours fait une place pour le Seigneur dans nos vies à Marie-Agnès et moi. C’est aussi le fruit d’une construction lente grâce à des rencontres, des paroles reçues, des exemples de vie qui m’ont marqué, le désir de servir. Je me souviens avoir reçu un pin’s lorsque j’étais jeune sur lequel il y a une croix avec l’inscription : « Servir ». Je l’ai toujours près de moi. En fait c’est un tout.

Mais il y a surtout l’accord plein et entier de Marie-Agnès, car l’ordination diaconale ne vient pas diminuer notre sacrement de mariage. Il n’y a pas de hiérarchisation des sacrements. Alors oui, j’accepte cet engagement avec joie.

Savez-vous quelle sera votre mission?

Un diacre n’est pas ordonné pour lui, il l’est pour le service de la communauté. Il reçoit sa mission de l’évêque au moment de l’ordination.

Je ne sais pas quelle sera cette mission, mais j’envisage d’être témoin du Christ dans ma famille, avec mes proches, dans mon milieu de travail et de la communauté.

Quand avez-vous informé vos enfants et ont –ils adhéré facilement cette  nouvelle?

Nous avons pris le temps pour les en informer et nous avons pris soin de bien préciser que nous étions en discernement et qu’aucune décision n’était pas prise, car c’est important de se sentir libre de sa décision jusqu’au bout. Il n’y a pas eu de réticence de leur part, au contraire. C’est la plus jeune qui a été la première mise dans la confidence, étant étudiante elle n’aurait pas compris nos absences répétées certains samedis, et c’est avec une grande joie qu’elle a accueilli cette nouvelle. Lors de nos retours de formation elle aimait échanger sur ce que nous avions étudié. Les aînés ont été informés plus tard, quelques semaines avant que je sois institué lecteur et acolyte. Eux aussi ont compris et nous ont encouragés dans notre démarche. « Si tu es heureux, alors je le suis aussi » m’a dit l’un d’eux.

Le personnel de votre entreprise est-il au courant de votre démarche ?

J’ai demandé à la Direction l’autorisation, qui m’a été accordée, de mettre une invitation pour la messe d’ordination sur le panneau d’affichage de l’entreprise. Quelques personnes sont venues me voir pour me poser des questions, surtout pour savoir ce que c’est qu’un diacre et en quoi consiste son rôle. Je n’ai reçu que des paroles bienveillantes.

Marie-Agnès, vous allez répondre à l’évêque que vous acceptez l’ordination diaconale de votre époux ?

J’ai suivi toute la formation en même temps que Bertrand et ai beaucoup aimé les différents enseignements qui ont alimenté nos échanges. Avant chaque étape du parcours, j’ai été invitée à donner mon accord et cela n’a pas toujours été simple. A plusieurs reprise il m’a été nécessaire de prendre du recul pour mesurer ce que l’engagement de Bertrand allait changer dans ma vie d’épouse, notre vie de couple et pour nos enfants et la décision ne peut se prendre que dans la paix intérieure. Un point très important pour moi a été de me savoir libre jusqu’au bout. Maintenant je suis sereine et suis prête pour l’ordination de Bertrand.

 

Regards de Mgr Philippe Christory sur le diaconat permanent

Dans l’église, le diaconat est une vocation qui répond particulièrement à l’invitation de Jésus qui, lavant les pieds de ses disciples comme signe du service et de l’amour, leur demanda de faire de même. Depuis son origine, l’église a fondé des dispensaires et des hôpitaux pour prendre soin des malades et des écoles, pour éduquer les enfants. Le diaconat mot qui signifie service, est une expression signifiante de cet engagement permanent.

Aujourd’hui, particulièrement depuis le concile Vatican II, les prêtres qui connaissent bien les fidèles de leur paroisse peuvent interpeller un homme marié et père de famille chez qui il discerne particulièrement une générosité dans le service et une foi profonde. Cet appel ne remet pas en cause leur vocation au mariage qui reste première. Après un cheminement de plusieurs années, fait de formations et de prière, ces hommes peuvent demander à être ordonnés diacre à l’évêque. Celui-ci prend alors conseil auprès des personnes qui connaissent l’homme concerné, puis accueille cette vocation.

Une fois ordonné diacre, cet homme se met au service de sa paroisse, pour présider les funérailles, célébrer les baptêmes et les mariages. Selon le temps dont il dispose, car la plupart d’entre eux travaillent toujours en entreprise, le diacre se charge de visiter les malades, prend soin des démunis, accueille ceux qui souhaitent être écoutés. Enfin, le diacre a la mission de transmettre la parole de Dieu par l’enseignement et le catéchisme.

Le diaconat permanent est donc un signe magnifique de la vocation de tout baptisé à être au cœur du monde et de la vie sociale des gens comme témoin de l’amour de Jésus-Christ et serviteur de la joie.

On peut noter que certains hommes célibataires demandent à être diacre permanent pour être consacrés au Seigneur et au service de leurs frères et sœurs.


Pour rappel

Un diacre permanent :

diacre ordination chartresUn diacre est un homme qui est  ordonné pour le service du Christ et de l’Église : au sein d’un diocèse, il reçoit le sacrement de l’Ordre par l’imposition des mains de l’Évêque qui lui donne ensuite des missions. Le mot “diacre” vient du grec “diaconos” qui signifie “serviteur” et, de fait, c’est le service qui caractérise les missions du diacre. “Les diacres permanents ne sont pas ordonnés en vue du sacerdoce mais du ministère”.

Sa mission

La mission du diacre est, par sa présence, de rappeler aux chrétiens qu’au nom de leur baptême ils ont à servir les hommes et les femmes, spécialement les plus démunis.
La présence du diacre auprès des hommes et des femmes qu’ils côtoient tous les jours, veut rendre concrète une Église proche d’eux, attentive à leurs joies et à leurs peines.

Épouse de diacre

Au début de la célébration d’ordination au diaconat d’un homme marié, l’évêque s’adresse à l’épouse de l’ordinand en ces termes:

L’Église me demande d’ordonner diacre votre mari. Acceptez-vous tout ce que le diaconat qu’il va recevoir apportera de nouveau dans votre couple et votre vie de famille ? L’épouse à qui l’évêque a posé la question est invitée à répondre : « oui, je l’accepte ».

Seul l’époux est ordonné. Le mariage reste premier de fait et en droit. Les deux sacrements ne sont pas en concurrence. Le plus souvent ils se nourrissent et se fécondent mutuellement, et participent à l’épanouissement réciproque des deux époux.

Diacre et sacrements

Le diacre permanent peut célébrer les sacrements de baptême et de mariage

Diacre et vie spirituelle

Lors de son ordination,  l’évêque demande au diacre de prendre entre autres l’engagement suivant :

« Voulez vous garder et développer un esprit de prière conforme à votre état et dans la fidélité à cet esprit, célébrer la Liturgie des  Heures en union avec le peuple de Dieu en intercédant pour le monde entier ? »

(La liturgie des Heures est la prière continue de l’Église, de tous les baptisés, elle est une source de voie spirituelle et apostolique pour chacun.)

Le diacre en liturgie

Le diacre tient une place de serviteur à l’autel : il porte une étole, portée de travers sur l’épaule gauche, symbolisant la charge de la croix du Christ. Par dessus l’étole, il porte la dalmatique , symbole du service.

À la messe, il a la charge de proclamer l’Évangile et peut prêcher . Pendant la liturgie eucharistique, il aide le prêtre, en particulier pour la préparation des dons : il remplit de vin le calice et y ajoute l’eau. Il incite les fidèles au geste de paix. Enfin, c’est lui qui envoie les fidèles : « Allez dans la paix du Christ ».

Un peu d’histoire

Le diaconat plonge ses racines dans la vie des premières communautés chrétiennes. Il se cherche et se développe dans les deux premiers siècles. Il rayonne du 3° au 5° siècle, c’est la ‘grande époque du diaconat. A partir du VI° siècle il tend à se concentrer sur la fonction liturgique et à devenir une étape avant d’être ordonné prêtre. La question du diaconat permanent ressurgit au début du XX ème siècle. Dès 1966 les Évêques de France inscrivent ce rétablissement dans une démarche missionnaire pour SERVIR à la suite et à la manière du Christ Serviteur. En France, les premiers diacres permanents ont été ordonnés en 1970.

Diacre en vue du sacerdoce

On  appelle également  diacre le séminariste qui se prépare à être prêtre. Celui-ci est ordonné diacre généralement un an avant d’être ordonné prêtre.

Ainsi le 4 juillet dernier, Clément Pierson, originaire de Luisant a été ordonné diacre en la cathédrale de Chartres des mains de Mgr Christory et il sera probablement ordonné prêtre en juin prochain.( Echo du 5 juillet 2021)

Les diacres en Eure et Loir, quelques chiffres :

  • Depuis 1988, 32 diacres sont été ordonnés dans le diocèse (3000 en France)
  • Ils sont actuellement  27 et 5 sont en formation.
  • 16 sont retraités  et 11 en activité professionnelle

Les deux premiers diacres ordonnés  en 1988 étaient  Monsieur Henri Blondeau , père d’Emmanuel Blondeau qui est devenu prêtre en 1995 et qui est actuellement recteur de la cathédrale et Monsieur Louis Pellegrino, tous deux  de Dreux.

Depuis 33 ans nous voyons des diacres dans nos paroisses : ils sont au service de l’Église, ils célèbrent des baptêmes et des enterrements, les mariages. Ils ont reçu de l’évêque des missions spécifiques comme le catéchuménat, la préparation à la confirmation et le service des pauvres.

Merci à Claire Thiercelin, rédactrice de cet article.

Partagez : 
5c6978ab55f93b59c8f89224916f74d1""""""""""""""