Le Carmel de Chartres ferme

Après un long temps de discernement communautaire où la prière, les échanges, l’accompagnement de personnes qualifiées, la réflexion de chacune des sœurs ont été à l’œuvre, la veille de la Pentecôte 2015, la communauté du Carmel de Chartres réunie en chapitre a pris la décision, à l’unanimité, de fermer le monastère. Depuis les sœurs ont fait chacune des propositions pour être accueillies dans un Carmel.

Je suis témoin du sérieux de la démarche faite par cette communauté qui a abouti à cette décision qui deviendra effective dans quelques mois.

carmel_chartres

Beaucoup parmi vous savaient que les années passant la communauté connaissait des fragilités. Ce n’est pas de gaité de cœur que je rend publique aujourd’hui cette décision. Car va disparaître un poumon de la vie ecclésiale dans le diocèse, ce poumon de la prière contemplative d’une communauté et de l’oraison, cette « conversation d’amitié où l’on s’entretient souvent et intimement avec Celui dont nous savons qu’il nous aime », si nécessaire non seulement pour soutenir l’action de l’Eglise mais pour lui en rappeler la source.

            Que dire, que faire ?

  • Faire mémoire de l’histoire de cette communauté de sœurs de Notre Dame du Mont Carmel arrivée à Chartres le 14 juin 1620 et qui au long des ces presque quatre siècles a connu un chemin qui n’était pas un long fleuve tranquille : 7 déménagements à Chartres et Champhol et deux dispersions ou exil.
  • Dans cette histoire mouvementée comme celle de la vie des hommes, entendre au cœur même d’une nouvelle qui nous trouble et nous inquiète, l’invitation de Thérèse d’Avilla à croire : “Nada te turbe… que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, tout passe…. Celui qui a Dieu ne manque de rien. Dieu seul suffit”.
  • Rendre grâce pour le travail de Dieu dans la vie du Carmel et son retentissement sur l’Eglise de Chartres et sa mission.
  • Prier en cette année de la vie consacrée pour comprendre ce que le Seigneur nous dit à travers cet événement et œuvrer pour que, s’il est possible, une présence de vie consacrée puisse exister en ce lieu.

            Comme tous les évènements

qui marquent nos vies personnelles et communautaire nous avons à apprendre à les vivre ensemble dans la foi, l’espérance et la charité: «Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ?… En tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, … ni le présent ni l’avenir,… ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur». Rm 8, 31…

                                               En la fête de Ste Thérèse d’Avila, 15 octobre 2015

✚ Mgr Michel Pansard, évêque de Chartres

Partagez :