COP 21 : l’Église crédible

COP21: la crédibilité de l’Eglise catholique renouvelée

Mgr Jean-Luc BruninMgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et Président du Conseil Famille et Société, Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis et Vice-président, et Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, ont fait le point sur les enjeux et les initiatives chrétiennes pour la COP21.

40.000 participants attendus. Et parmi eux, des responsables religieux. C’est ainsi que Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et Président du Conseil Famille et Société, a introduit la séance plénière sur la COP21, Conférence de l’ONU sur le climat qui se tiendra à Paris, fin novembre.

Après avoir rappelé qu’il s’agissait de maintenir le réchauffement climatique à 2°C, en prenant des mesures concrètes pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, Mgr Brunin a souligné 3 enjeux.

Le premier est évidemment celui des conséquences de l’élévation de la température sur le climat, avec son lot de catastrophes météorologiques majeures. Le second concerne les efforts que les Etats sont prêts à mettre en œuvre – ou pas – pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. La France fera-t-elle partie des « leaders » qui pourraient entraîner les autres ? Il y a deux semaines, le rendez-vous de Bonn (Allemagne) –auquel la délégation du Saint-Siège n’était pas conviée et qui s’est soldé par la publication d’un document trop détaillé de 88 pages – pourrait faire douter de la probabilité d’aboutir à un accord commun lors de la COP21.

Grâce à la problématique du climat et de par leur dimension universelle, les religions bénéficient désormais d’une « légitimité nouvelle » sur les questions de société, a commenté Mgr Brunin. La COP21 est donc « une opportunité de dialogue avec les acteurs politiques », les autres Eglises chrétiennes et les autres religions. Il s’est réjoui que l’Eglise se positionne non pas « en rupture ou en opposition » mais en « partenariat ».

Laudato Si’, une encyclique qui fait l’unanimité

Laudato Si’, l’encyclique du Pape François sur l’écologie intégrale, y est pour beaucoup. Son principe du « tout est lié » (crise environnementale, économique, sociale et politique) a donné à l’écologie une place de choix dans la pensée sociale de l’Eglise. Mgr Brunin a aussi relevé l’appel à la conversion écologique et la posture de dialogue promus par le texte papal.

Citant quelques noms d’associations (Alliance, Mouvement catholique pour le climat, Nos Voix…), Mgr Brunin est revenu sur les prises de parole des instances religieuses (CECEF, COMECE, Saint-Siège…) pour mettre en avant la dimension internationale de la mobilisation des religions.

Lors d’une récente visite à Rome, il a pu accorder la parole de l’Eglise catholique en France : celle-ci sera pastorale, faisant la promotion d’une « spiritualité écologique » auprès aux communautés chrétiennes et cherchant à sensibiliser l’opinion publique aux enjeux déjà évoqués. La mission de plaidoyer revient aux associations (Secours catholique, CCFD-Terre Solidaire) alors que la délégation du Saint-Siège se charge de la dimension politique.

Et après la COP21 ? « A chacun d’impulser un rapport à la nature plus juste pour l’avenir » répond Mgr Brunin. La Conférence à Paris ne sera pas un aboutissement. C’est davantage le moment favorable – Kairos – pour imaginer « la vie bonne » et repenser une dynamique de croissance et de développement.

 

La COP21 sur le terrain Logo CEF cop 21

Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis et Vice-président, et Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, ont fait part de quelques initiatives chrétiennes pour la COP21.

Qu’ils soient sur la route des pèlerinages (Dieppe, Metz, Strasbourg…) ou la destination finale (Paris et Saint-Denis), les diocèses sont impliqués dans la sensibilisation des fidèles au concept de l’écologie intégrale proposé par le Pape François.

Conférences (Le cardinal Scola, archevêque de Milan, le 17 novembre, le Patriarche orthodoxe Bartholomée le 1er décembre au Collège des Bernardins à Paris), marches (notamment le 28 novembre depuis la Porte de Paris à Saint-Denis), temps de prière (27 novembre à l’église Saint-Merri à Paris) et célébrations (14 novembre à la cathédrale de Metz, 22 novembre à Notre-Dame de Paris avec les évêques d’Ile-de-France) ou encore « village des alternatives » et marché paysan (les 5-6 décembre à Saint-Denis) auront lieu pendant la durée de la COP21.

Une célébration oecuménique aura lieu le 3 décembre à la cathédrale Notre-Dame de Paris présidée par S.E. le Cardinal André Vingt-Trois ; le patriarche Bartholoméos de Constantinople et le secrétaire général du Conseil Œcuménique des Églises, le pasteur Olav Fykse Tveit

Article publié le 04 novembre 2015 sur eglise.catholique.fr

Partagez : 
09ddfef34bcceeabd2dc4acb9d027b3d00000