Décès de Mgr Michel KUEHN

photo-edc-1Mgr Michel Kuehn qui fut évêque de Chartres de 1978 à 1991 est décédé à son domicile de Saint Dié (88) le 18 septembre en début d’après-midi.
Ses obsèques auront lieu vendredi 21 septembre à 10h en la cathédrale de Saint Dié.

Son inhumation aura lieu à l’issue de la messe présidée par Mgr Pansard le samedi 22 septembre à 15h en la cathédrale de Chartres.
à consulter à la bibliothèque diocésaine, la revue Eglise de Chartres n°9 du 27 avril 1991 : “Mgr KUEHN : treize années au service de l’Eglise de Chartres (1978-1991) p165 à 171

Né le 7octobre 1923, Michel Kuehn a été ordonné prêtre pour le diocèse de Saint-Dié en 1947.
Vicaire à Remiremont, il fut, à partir de 1958, successivement aumônier diocésain de l’ACI et de plusieurs mouvements de jeunes, avant d’être aumônier national de la Jeunesse Indépendante Chrétienne Féminine, puis de l’Action Catholique de milieux Indépendants.
Curé de Vittel en 1972, il était Vicaire Général depuis 2 ans lorsqu’il fut nommé évêque de Chartres , puis ordonné le 30 septembre 1978.
Fatigué et malade, il n’avait pas encore 70 ans lorsqu’il quitta le diocèse à sa demande, après avoir reçu Mgr Perrier comme évêque coadjuteur.

Au moment de lui dire au revoir, voici ce que disait l’abbé Jean Robert, qui avait été son Vicaire Général[1] :
« Vos éditoriaux dans Eglise de Chartres ont toujours été réellement appréciés par tous. (…)
En les lisant les uns après les autres, je voyais devant moi se projeter divers aspects de votre personnalité (…) :
Votre personnalité d’homme marqué par son enracinement social, très attentif aux réalités de la vie et aux relations humaines, aux mentalités collectives, aux valeurs et contre-valeurs que chacun porte avec lui. Il nous faut en devenir de plus en plus conscients pour participer plus efficacement à la construction d’un monde plus humain.Votre personnalité de croyant, disciple du Christ appelé avec tous ses frères chrétiens à vivre de l’Evangile, à se laisser transformer par lui grâce à l’Esprit Saint, pour traduire dans une vie simple et engagée l’Amour du Christ.Votre personnalité de prêtre, d’évêque extrêmement soucieux de n’être que serviteur, comme le Christ et en son nom, pour stimuler tous les membres du Peuple de Dieu…

[1] Eglise de Chartres du 27 avril 1991

Dans le même numéro d’Eglise de Chartres1, l’abbé Pierre Millet écrivait le récit de la célébration d’action de grâce qui avait eu lieu à la cathédrale le 7 avril 1991 :
« Depuis son ordination épiscopale, le souci de Mgr KUEHN fut de poursuivre et d’intensifier ce qui avait été commencé avant lui, pour que dans l’Eglise, “tous soient responsables”. C’est ainsi qu’à deux reprises (1978-1985), les conseils paroissiaux se réunirent pour une journée, échangeant leurs
expériences pour un meilleur travail d’ensemble. De là, vint l’idée de mettre en place un Conseil Diocesain de Pastorale (1982).
A tous les niveaux, il fallait associer prêtres, religieuses, laïcs. C’est dans cet esprit que l’on créa les Equipes d’Animation Pastorale, non pas tant pour suppléer au manque de prêtres que pour prendre en charge la Pastorale d’une autre manière.
Rendre les Chrétiens TOUS RESPONSABLES nécessite une formation. Mgr KUEHN appuya la fondation de l’IFREP (Instance de Formation aux Responsabilités Pastorales) en 1983, ainsi que d’autres instances comme celles des Permanents laïcs ou des équipes de responsables de la
catéchèse.
On dit souvent: “l’information passe mal”. Pourtant, c’est une nécessité si l’on veut “irriguer” la communauté diocésaine, l’ouvrir sur ce qui fait la vie des hommes d’aujourd’hui et les questions qu’ils posent. En 1986, Mgr KUEHN décida la création du Centre Diocésain d’Information.
Mgr KUEHN eut souci des vocations, de toutes les vocations. C’est ainsi qu’il contribua à donner une nouvelle impulsion au Service Diocésain des Vocations. Il approuva également tout ce qui pourrait favoriser un diaconat bien inséré dans les différents milieux de vie. Deux diacres (NDLR : les 2 premiers du diocèse) furent ordonnés avec quelque solennité, en 1989, MM. BLONDEAU et PELLEGRINO.L’Evêque qui nous quitte, eut, à n’en pas douter, le souci de ne laisser personne à l’écart, aucun milieu, aucune catégorie de personnes. Il fondera officiellement la Mission Ouvrière en 1989 et soutint par ses paroles et par ses écrits, en de nombreux documents, la réorganisation des paroisses rurales, la catéchèse des enfants handicapés, l’aide au Tiers-Monde, les prisonniers, les jeunes. En 1990, il écrivit à 3.000 jeunes confirmés pour les inviter à une fête “du Second Souffle”, au Château des Vaux, le 19 Mai. Ce fut un succès ! ».
Au moment de passer le relais à son successeur, Mgr Kuehn terminait son homélie par ces mots :
« L’épreuve de la faim, du chômage, de la maladie, de la guerre est lourde à porter : comment annoncer une religion de paix, d’amour, de vie, comment oser prêcher un Dieu vainqueur du mal et de la mort sans travailler de toutes nos forces à la transformation du monde et à notre propre conversion. Bien entendu, il ne faut pas confondre construction du monde et construction du Royaume, mais le monde ne sera pas transformé sans qu’il soit animé de l’intérieur par des croyants au cœur généreux qui sachent partager la foi, l’espérance et l’amour qui les animent.
C’est ce message que je veux vous laisser aujourd’hui, frères et sœurs. »

Partagez :