Diaconat

Le Diaconat

Au commencement…

Dès les premiers temps de l’Église, les Apôtres choisissent « sept hommes remplis de l’Esprit-Saint » pour le partage des tâches et pour une plus grande attention aux besoins de la communauté (Actes des Apôtres, 6). Ils étaient les précurseurs d’un ministère nouveau dans lequel les diacres aiment à se reconnaître.Ils sont aux premiers siècles les collaborateurs immédiats de l’évêque, principalement chargés du service des pauvres (malades, étrangers, veuves et orphelins) mais aussi de l’annonce de l’Évangile et d’une participation au baptême et à l’Eucharistie. Au fil des siècles, le diaconat devient plus liturgique et se transforme progressivement en une simple étape vers le presbytérat.

Le diaconat aujourd’hui

Le diaconat est un sacrement, une grâce reçue du Christ venu pour servir et donner sa vie par amour pour nous.
Ainsi, à l’image du Christ lavant les pieds de ses disciples, les diacres sont appelés à devenir eux-mêmes serviteurs et rappellent aux baptisés leur responsabilité de charité envers chaque homme.Dans ce choix de vie, le diacre s’engage à prier quotidiennement pour l’Eglise et le monde avec la Liturgie des Heures et il s’attache au service d’un diocèse particulier, en restant en communion avec l’évêque et ses successeurs, dans le respect et l’obéissance.Pour manifester l’amour de Dieu au cœur de notre monde, les diacres reçoivent la mission de proclamer l’Evangile, de prêcher, de distribuer l’Eucharistie, de la porter aux malades, de célébrer les baptêmes, de bénir les mariages et de présider les obsèques.

Pour ceux qui sont ordonné en vue du ministère presbytéral, l’ordination diaconale est aussi le moment où ils s’engagent au célibat à vie.

Le diaconat permanent restauré par Vatican II

Le ConcileVatican II restaure le diaconat permanent en 1964, « non en vue du sacerdoce mais en vue du service ». Les diacres exercent leur charge dans une triple dimension :• La « Charité » : témoins actifs de l’amour de Dieu pour les hommes, ils mettent en œuvre la solidarité et la fraternité selon l’Évangile et engagent les chrétiens à y prendre part,
• la Parole : Ils proclament l’Évangile au cours de la célébration eucharistique, ils font les homélies et sont au service de la Parole dans toute leur vie,
• la Liturgie : au côté du prêtre, à la messe, les diacres rassemblent tout ce qui est vécu, tout ce qui est offert de la vie des hommes. Ils invitent l’assemblée à partager la « paix du Christ » et l’envoient en témoigner à la fin de la cérémonie. Ils peuvent également baptiser, recevoir le consentement des époux lors des mariages, animer la prière et présider les célébrations d’obsèques.

Les diacres participent au ministère ordonné, en relation étroite avec l’évêque qui préside à la vie de l’Église locale et avec les prêtres. Evêques, prêtres et diacres sont reliés les uns aux autres par le sacrement de l’Ordre et permettent à l’Eglise d’exister comme « Peuple de Dieu, Peuple de Frères, Peuple de Serviteurs ». « Je suis venu pour servir et non pour être servi », dit Jésus (Marc 10)

Dans notre diocèse : le diaconat en chiffres

Récollection 2018 à Soligny la Trappe

  • 27 diacres permanents
  • 16 retraités
  • 11 en activité professionnelle
  • 2 candidats au diaconat en fin de formation

Télécharger la Charte du diaconat en Eure et Loir promulguée par Monseigneur Michel Pansard le 29 juin 2017 :  charte-du-diaconat-sept-2017-signee-mp-1

 

Témoignage de Marie Gougis épouse d’un diacre

Mariée avec Didier, ordonné diacre le 20 novembre 1999, je me suis engagée à prier pour lui, pour sa mission et à être à ses côtés une présence discrète, une écoute, un soutien.  Nos enfants petits ont vécu avec beaucoup de joie l’ordination de leur papa et encore aujourd’hui en tant que jeunes adultes. Il est important de trouver l’harmonie entre le sacrement du mariage et le sacrement de l’ordre, de maintenir l’équilibre entre le ministère et la vie familiale. Aujourd’hui, je vis sereinement le ministère de Didier, après avoir progressivement trouvé ma place. Grâce à notre engagement en couple aux Equipes Notre-Dame (bienfait du devoir de s’asseoir), à l’accompagnement spirituel, aux échanges entre épouses de diacre et en fraternité diaconale, nous avons pu trouver un équilibre.

Partagez :