Édito de novembre

La France fera face à une 5ème vague, a dit notre président. Aussi devons-nous respecter les gestes barrière avec sérieux, demande-t-il à chacun ! Certes, nous sommes citoyens et responsables des autres, aussi la prudence est de mise et la naïveté n’a pas sa place quand la vie de proches fragiles peut basculer du fait du virus.

Cependant, depuis des mois, nous avons appris à vivre ainsi et à manifester notre fraternité de manière nouvelle. Nous utilisons mieux le regard pour exprimer nos sentiments. Nous évitons ces séries de bises pour choisir un contact plus simple, voire le hug des Américains. Nous nous donnons la paix à la manière indienne, les mains jointes et le corps incliné. En effet, nous avons besoin de relations et devons trouver des façons de nous dire que chacun compte dans l’amitié.

L’Avent, période de préparation à la solennité chrétienne de Noël, est là. Comment vivrons-nous nos rituels amicaux et familiaux avec créativité ? Quel cadeau fabriquer ou inventer, au lieu d’acheter sur Amazon ou Alibaba des jouets chinois jetables ? Ne pouvons-nous pas nous « faire cadeau » pour nos proches en leur offrant un « bon de temps libre » afin de nous écouter mutuellement autour d’une boisson chaude ?

La COP26 semble être un grand échec, pour reprendre les mots de la jeune Greta. Cependant nos rencontres de Lourdes sur le thème « clameur des pauvres, clameur de la Terre » ont été un fort témoignage d’initiatives locales du soin porté aux autres et à la création. Consommer moins et mieux nous est-il possible ? Nos responsables politiques devront oser des choix courageux qui bousculeront nos vies ce qui ne nous est pas agréables, mais chacun à son niveau peut faire des choix qui engageront la vie de beaucoup. « Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? » (Isaïe 55,2) c’est la proposition que le Seigneur nous fait avec cette promesse « Oui, dans la joie vous partirez, vous serez conduits dans la paix ». Invoquons le Saint Esprit pour que notre raison et notre cœur s’unissent en vue d’un discernement eco-responsable et fraternel.

Oserons-nous un Avent nouveau pour un Noël plus heureux ?

 

✚ Mgr Philippe Christory, évêque de Chartres

Partagez : 
196c68da8de5ba7ed3ade8bdcb64cb7czzzzzzz