Il y aura une grande détresse

Il y aura une grande détresse…

Edito du père Cornic, paroisse de Notre Dame du Combray

Les auteurs des attentats de Paris ont répandu autour d’eux une grande détresse qui a touché des milliers de personnes.D’une façon étonnante, dans l’évangile du dimanche 15 novembre, Jésus parle d’une grande détresse qui s’abattrait sur le monde (Marc 13, 24-25).

Un commentateur disait que les fanatiques pensaient qu’on était proche de l’apocalypse, de la fin du monde. Je ne sais pas si son analyse était bonne, tout ce qu’on sait d’eux, c’est qu’ils veulent établir un califat sur la Syrie et l’Irak et qu’ils répandent autour d’eux une grande détresse. Une grande détresse qui a touché des milliers de personnes sur Paris. Et bien l’évangile du dimanche 15/11 (33ème dim., année B) nous parle lui aussi en quelque sorte de l’Apocalypse. Il y a même de quoi être un peu effrayé par ce qu’on y lit : « Après une grande détresse, le soleil s’obscurcira, les étoiles tomberont du ciel, les puissances célestes seront ébranlées ».

Restez éveillés et priez en tout temps (Lc 21, 30-36)

Mais il ne faut pas s’en tenir qu’à cela, l’évènement qui suit est fondamental, cet évènement est porteur d’espérance, de paix, de lumière, c’est le retour du Christ : « On verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et grande gloire » Le Christ demande à ses anges de rassembler les élus, de rassembler ses disciples, de rassembler les justes. Le rôle des élus, des fidèles du Christ est de prier pour ceux qui ne sont pas du nombre des élus, de prier, de supplier Dieu pour que tous les hommes soient sauvés, comme le dit une prière liturgique et comme le dit le prophète Daniel dans la 1ère lecture où il parle des maîtres de justice pour la multitude, littéralement : ceux qui ont rendu juste la multitude.

Même si dans l’Apocalypse chrétienne il y aura des évènements grandioses, et même sans doute dramatiques. Ceux qui seront attachés au Christ, ceux qui auront l’amour du Christ en eux n’auront rien à craindre. Le Seigneur les reconnaitra et grâce à eux, beaucoup d’hommes seront sauvés.

La vision apocalyptique des fanatiques qui font des attentats meurtriers est mortifère, porteuse de mort. Pour eux il faut tuer tous ceux qui ne sont pas comme eux. Ils portent une grande détresse autour d’eux.

Grâce à Dieu ce n’est pas la vision, le point de vue de l’Islam en général. Je ne le pense pas, j’ai voyagé à travers plusieurs pays musulmans, je dois dire que j’ai bénéficié particulièrement de l’hospitalité de familles musulmanes. Ce sont des souvenirs que je n’ai jamais oubliés. Il faut rappeler aussi que la majorité des victimes des fanatiques sont des musulmans

Face à ce fanatisme, face à ces meurtriers, je suis toujours un peu dubitatif quand j’entends parler des « valeurs » de notre société, valeurs qu’on leur oppose ; des valeurs de l’Occident. Il n’y a pas de valeurs fondamentales vivantes ou vitales si elles sont déconnectées du Christ, du Christianisme. La société de consommation n’a plus de ressorts moraux et spirituels à opposer aux fanatiques. Quels idéaux propose t’on à nos jeunes ?

Faut-il rappeler que ces jeunes fanatiques viennent de nos banlieues françaises et sont des fruits de notre société sécularisée ?

    Sans le Christ, qu’avons-nous à transmettre à la génération qui va suivre ?

Tout cela pour dire que nous, Chrétiens, il nous faut nous reprendre, il nous faut retrouver des valeurs fondamentalement chrétiennes qui prennent leur source dans la foi, l’espérance et l’amour du Christ, redécouvrons le Christ. Sans le Christ, notre société, et tout simplement nos vies n’ont plus vraiment de ressort et d’avenir. Est-ce qu’elles ont encore un sens digne de ce nom ? Sans le Christ qu’avons-nous à transmettre à la génération qui va suivre ? Posons-nous cette question.

Dans l’évangile du 1er dimanche de l’Avent (Lc 21, 25-36), Jésus parle des nations qui seront affolées et désemparées par le fracas…. Après le drame du 13 novembre, il y avait de quoi être désemparé. Mais plus loin, Jésus nous parle encore de son retour et dit : « Tenez-vous sur vos gardes, de peur que votre cœur ne s’alourdisse… Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

« Restez éveillés et priez en tout temps »,

A chaque fois que j’entends ces paroles, je pense toujours à Jean Paul II il y a 25 ou 30 ans qui disait qu’il pensait qu’il y avait sans doute un déficit de prière dans la vie des chrétiens, dans nos vies. Ces paroles m’avaient beaucoup frappé.couronnee-d-etoiles

« Restez éveillés et priez en tout temps », Frères et sœurs, prions pour ne pas être désemparés, prions pour avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver et pour nous tenir debout.

Marie est restée debout au pied de la croix, elle est restée debout dans l’épreuve, parce qu’elle était avant tout une femme de prière, une femme de cœur et de compassion.

Prions-la, et elle nous aidera à tenir dans l’épreuve et aussi à aider et à soutenir nos frères quand ils traversent l’épreuve à leur tour.

 

Abbé Jean Pierre Cornic.

Partagez :