Jésus en prison !

Pour y célébrer Noël et soutenir la vie spirituelle des prisonniers, notre évêque Philippe se rendra ce 24 décembre au centre de détention de Châteaudun.

 

 

Les ajustements imposés par la circulation virulente de la Covid réduisent cette année de moitié l’assemblée des personnes détenues à 20, au lieu des 40 l’an passé, pour la messe autour de la crèche.
Mais dans le monde carcéral les équipes d’aumônerie apprennent que le nombre n’est pas un critère pour apprécier l’efficience de leur mission. La naissance de Jésus, comme il y a 2020 années, se fête au cœur de la nuit, au cœur des ténèbres, dans des lieux perdus et ignorés, dans le silence et l’indigence.

 

Que se passe t-il à Noël ?

Dans l’obscurité… une lueur

Oui, au soir de Noël Jésus sera présent en prison, aussi mystérieusement que dans les petites églises de nos campagnes. Bien loin des lumières clinquantes et clignotantes des centres commerciaux, loin de cette profusion qui la rend invisible, une lueur ténue, fragile, se fraye un passage dans les cœurs obstrués par la tristesse, la résignation, la peur de l’avenir. C’est l’avènement du fils de Dieu parmi les pauvres, les rejetés, les bannis, qui fait naitre une modeste flamme d’espérance.
C’est cela que les équipes d’aumônerie vivent au jour le jour dans les prisons, comme l’indique si bien leur logo : l’homme reclus, anéanti par le remord, va pourtant parvenir à se lever, se relever et se tourner vers la lumière…même si toute sa vie il portera en lui le fardeau de la faute.

Quelle est la mission d’un aumônier de prison ?

L’aumônerie une présence fraternelle

Voilà la mission des aumôniers : une présence qui est un don, un cadeau, un présent pour la personne détenue. Une écoute emplie d’attention, de respect, de compassion. Cet humble compagnonnage devient, à un moment donné, sacrement : le sacrement du frère.
Dans ce temps particulier de Noël, les hommes détenus, qui pour certains ont perdu tous liens familiaux, pour d’autres, les étrangers, tellement loin et coupés de leur pays, tous souffrent encore plus de l’isolement, de la solitude. Alors la célébration, par cette petite part de l’Église qui est en prison, de ce temps fort où se mêlent la peine et la joie, n’est-elle pas un beau signe de foi et d’espérance !

 

L’équipe accompagnée de l’évêque le jeudi saint 2019.

Une mission à partager et à transmettre

Au centre de détention de Châteaudun les aumôniers répondent à un appel et un envoi en mission pour quelques années. Ainsi en 2020 l’équipe s’est en partie renouvelée avec le départ de Jean-Pierre Esnault et de Vincent Bataille, et l’arrivée de Christine Gayan et de Philippe Vignol qui ont rejoint Marc Debacker, diacre, nouveau responsable de l’équipe, et Rémy Okende Djamba. Chacun rend visite toutes les semaines aux personnes détenues qui le demandent : des rencontres individuelles dans la confidentialité, et aussi des rencontres en groupe pour partager un texte biblique, pour chanter, pour des travaux manuels.

Elisabeth Rouet (Secours catholique prison) passe 2 après-midi par semaine à la prison pour recevoir en entretien ceux qui ont besoin de vêtements, de soutien matériel, administratif, pour préparer la sortie et maintenir les liens avec les familles.

En temps « normal » la messe est célébrée 2 à 3 fois par mois : on y invite des paroissiens qui sont toujours les bienvenus *.

En aumônerie des prisons, nous vivons les psaumes en temps réel : «  Un pauvre crie ; le Seigneur entend » Ps 33.

Ce tableau est installé le dimanche derrière l’autel.

Ce panneau recto-verso est composé avec la carte postale représentant le Christ jaune derrière les barreaux peint en 1889 par Paul Gauguin. Il a été reproduit en double grandeur, soit 1,80m x 1,50m, par les détenus du centre de détention en 1992 avec la 1ère équipe d’aumônerie après l’ouverture de l’établissement !

Comment garder le lien entre le parent en prison et la famille à Noël ?

Comme chaque année sont envoyés dans les familles, quelques jours avant Noël, des cadeaux pour les enfants des pères incarcérés ne bénéficiant pas de permission de sortie.

Afin que les personnes détenues – le plus souvent des pères – puissent faire un geste, à Noël, pour leur(s) enfant(s), une grande collecte est menée dans le diocèse de Chartres. Elle est destinée à financer l’achat de jouets et jeux qui seront envoyés aux familles de la part du parent qui est en prison. En amont, des aumôniers se rendent dans les lieux de détention, à la rencontre des personnes détenues afin de leur expliquer l’opération et de recueillir les informations nécessaires : composition de leur famille, sexe et âge de leur(s) enfant(s).

A la Visitation sont déposés au pied de la crèche des produits qui seront remis au détenus.

*Contact : debacker.marc@neuf.fr 

 

 

 

Partagez : 
752e464b98dad3906610a1f146e5f559[[[[[[[[[