Lettre de Mgr Christory aux prêtres

Chartres, le 4 juillet 2022


Chers frères prêtres,
Hier, j’avais la grande joie d’ordonner prêtre Clément Pierson. La beauté de la liturgie a soutenu mon bonheur d’accueillir sa vocation. C’est le second prêtre que j’ordonne après Louis-Marie. Durant cette célébration, particulièrement durant la si belle litanie des saints, j’ai pris plus conscience de ma responsabilité en tant qu’évêque de prendre soin de chacun de vous. L’engagement de Clément m’a éveillé plus encore à ma mission épiscopale. Comment suis-je auprès de vous ? me suis-je demandé. Vous offrez chaque jour, depuis votre ordination, votre vie au Seigneur dans divers ministères en notre diocèse de Chartres. Suis-je assez le frère et le père que vous désirez trouver en moi ? Je crains de ne pas toujours être à
la hauteur. Au bout de plus de quatre années de ce ministère, je vois que le temps passe. Certains parmi vous ressentent peut-être le besoin d’être mieux entendus et compris. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à le dire afin que nous nous rencontrions. Profondément je désire que vous soyez tous des prêtres heureux, attachés au
Christ, féconds par l’amour que vous partagez, vivant les évangiles que vous annoncez.

Comme vous, je suis très troublé et affecté par le suicide du père François de Foucauld dans le diocèse de Versailles. Des soutiens s’expriment sur les réseaux. Des propos mettent en cause la gouvernance de l’Église. J’ai appelé mon frère dans l’épiscopat, Monseigneur Luc Crépy, pour lui dire combien je prie pour lui et son diocèse, pour ce prêtre et tous ses fidèles sans oublier sa famille. Je sais par expérience que la vie d’un homme est plus complexe que ce qui paraît. Les causes d’un tel acte ne sont jamais parfaitement cernées. J’en ai fait l’expérience dans ma proche famille. Il y a une part d’intimité qui n’appartient qu’à la personne. Il y a aussi le contexte de la vie : l’Église dans sa diversité d’états de vie. J’imagine que vous tous êtes marqués par ce fait triste et grave, d’autant que ce n’est pas le premier. Ma prière est pour chacun de vous, et ma première dizaine du chapelet est offerte à la Vierge pour tous les prêtres.

Si le corps tout entier qu’est l’Église souffre donc de la mort brutale de l’un de ses membres, nous sommes dans l’espérance et ne devons pas laisser notre cœur et notre esprit être attristés au point de ne plus voir les belles et bonnes choses. Nous vivons de réelles joies pastorales. Personnellement, après trente années de vie presbytérale, je ne peux compter toutes les aventures humaines qui m’ont été données de vivre, toutes les rencontres et les accompagnements, toutes les célébrations et les temps forts. Que d’échanges et que d’enrichissements. Je rends grâce à Dieu pour la confiance des fidèles. J’aimerais que chacun de vous soit heureux d’être ce que nous sommes, prêtres du Seigneur, pour sa Gloire, pour l’annonce de l’Évangile et pour le bien des fidèles. L’avenir est plein de promesses mais aussi de fatigues et de probables épreuves. Je veux vous redire que vous pouvez toujours m’appeler pour que nous parlions.
J’aimerais que vous ayez de vrais amis avec qui échanger dans la discrétion. À la croisée des chemins, il n’est pas bon que l’homme soit seul et nous avons besoin de frères et sœurs en Christ qui ouvrent leur porte avec simplicité et grande discrétion.

Voici que l’été est commencé, et dans nos campagnes les machines moissonnent. En Église, nous récoltons un peu du fruit de notre travail. Le repos estival est une période avec Jésus-Christ. S’attacher plus encore à lui, par notre prière quotidienne, par des médiations et surtout par la sainte messe est une nécessité qui renforcera notre appel.

Certains parmi nous partiront pour une autre mission. Leur diocèse ou leur institut les attend. Qu’ils soient remerciés du bien qu’ils ont fait. Nous continuerons notre collaboration fraternelle avec certains diocèses d’Afrique pour permettre à des confrères étrangers de se rapprocher d’instituts de formation adaptés à leur besoin.

Je vous remercie de vos marques d’affection fraternelle. Évêque, je le suis par appel de Dieu, mais l’homme reste pauvre et j’ai besoin comme toute personne d’équipes de clercs et de laïcs inspirés et audacieux qui m’apportent leur contribution et leur regard sur notre société si mouvante. C’est le fondement du discernement pour bâtir l’avenir de l’Église qui est en Eure & Loir.

Je vous assure de ma prière. Bonne route de vacances, aussi dans l’accueil de toutes ces personnes qui passeront dans vos églises de campagne. Je vous assure de ma prière.


+ Mgr Philippe Christory
Evêque de Chartres

Téléchargez la lettre en format PDF : Cliquez ICI

Partagez : 
6c461f0077cc4f372d165f5955791e9aD