Lettre pastorale de Pentecôte 2019

Dans l’élan de la démarche synodale

Mgr Philippe Christory nous invite dans sa lettre pastorale à partir en mission.

Lors de la Vigile de Pentecôte 2019, notre Église diocésaine clôt la démarche synodale initiée en 2017. Au cours de ces presque deux ans, nous nous sommes réunis en équipes synodales pour réfléchir, témoigner, inventer, proposer des façons d’annoncer, de proposer et de vivre l’Évangile ici et maintenant, avec les contraintes propres à notre temps et à notre territoire.

La vie d’un diocèse est le fruit d’une histoire commune qui ouvre déjà une voie nouvelle vers l’avenir

pour que continue la transmission de la foi en Jésus Christ et sa promesse d’éternité. Les lignes qui suivent diront ma gratitude à tous les acteurs de la démarche synodale vécue en diocèse durant deux années et mon encouragement pour animer dans les temps à venir nos paroisses et nos mouvements catholiques.

En cette Pentecôte, nous attendons la promesse faite par Dieu à nos pères dans la foi

Esprit Saint Pentecôte 2019« je répandrais sur vous mon Esprit, je mettrai en vous un cœur nouveau » (Ez 36,26). Cette promesse, Jésus la renouvelle avant son Ascension : « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous » (Jn 14,16-17). Le Christ fait ainsi de nous ses disciples : « Je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » (Jn 15,15)

Ces paroles doivent vivre en nous. Pour que nous soyons, catholiques du diocèse de Chartres, ce peuple des amis du Christ. Ce peuple qui a reçu un trésor qu’il ne peut garder pour lui : « Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. » (Ac 4,20). L’amour nous presse de l’annoncer.

Ensemble, nous avons vécu deux années de démarche synodale.

Monseigneur Michel Pansard avait précisé la direction que l’Église prendrait. Pour mémoire, voici les mots qu’il écrivit pour les fidèles : « Il s’agit d’entrer ensemble dans un travail de discernement pour aider notre Église diocésaine, ses communautés et chacun de ses membres à répondre de manière renouvelée aux appels du Seigneur ressuscité, à être les témoins dont Il a besoin sur cette terre d’Eure & Loir.

Aussi, à l’écoute du Seigneur de nos vies, pour donner un sens chrétien aux engagements et aux activités de chacun, nous chercherons comment mieux soutenir la vie de foi des chrétiens, comment cultiver des espaces intérieurs et des espaces de rencontres pour un partage fraternel de notre foi.
Nous chercherons les initiatives missionnaires à encourager et les présences à privilégier dans les grands espaces ruraux et les agglomérations.
Nous chercherons avec les jeunes générations ce qu’elles suggèrent à notre Église, pour soutenir leur vie, pour rejoindre leurs générations.
Chemin faisant, nous n’oublierons pas la place des petits, des fragiles et des pauvres. Ils sont la pierre de touche de notre fidélité à l’Évangile. »
Des équipes synodales se sont mises en route dans toutes les paroisses. Des partages ont permis d’échanger sur les expériences des uns et des autres, de répondre à des questionnaires, de faire une synthèse et de proposer des initiatives. L’important n’est-il pas l’approfondissement permis par ces rencontres dans la connaissance mutuelle, la fraternité entre croyants, l’ouverture du cœur à tous les talents nouveaux, le désir d’être toujours plus à Dieu pour nous donner plus aux autres ?

Depuis la fête de Pâques 2019, nous avons médité la Parole de Dieu et nous nous sommes préparés à vivre une nouvelle effusion de l’Esprit au sein de nos groupes, de nos familles et de nos paroisses. Nous avons prié, demandant à l’Esprit Saint de nous combler de ses dons. Trois rencontres ont été proposés à tous, et vous êtes nombreux à avoir témoigné de la qualité des échanges et de la découverte tant de la place de la personne divine de l’Esprit que de son action par les dons et charismes qu’il donne. « Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson » (Jn 4,35). Dans une région de culture céréalière, une telle image nous parle : la beauté de la nature ne peut nous laisser indifférent. L’Esprit a semé. Mais Dieu a besoin de notre collaboration. De notre coopération. Pour que les semences germent et que la moisson soit récoltée. Sommes-nous prêts à répondre à notre vocation missionnaire de baptisés ? Ou ferons-nous encore attendre Jésus-Christ sans donner réponse à l’appel vibrant que saint Jean-Paul II avait lancé en 1981 : « France, qu’as-tu fait de ton baptême ? ».

Nous ne voulons pas être de ceux et celles qui reculent car les enjeux sont tellement importants pour notre société présente et l’avenir de nos enfants.

Nous ressentons ce besoin quand nous entendons les demandes des enfants et des adolescents de recevoir les sacrements de l’initiation, quand nous les voyons s’approcher de Jésus-Eucharistie, quand ils osent se confesser avec simplicité. Nous entendons le cri intérieur d’adultes qui désirent donner un sens nouveau à leur vie et à leur travail, quand nous voyons de nombreux jeunes adultes offrir une ou plusieurs années de leur vie pour partir en coopération au bout du monde au nom du Christ. Oui, la moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux. L’Église doit être prête. Elle doit pouvoir répondre à toutes ces soifs de Dieu, même celles qui bousculent et qui nous enjoignent de sortir de nos habitudes pour aller aux périphéries.

Après cette démarche synodale, le temps est venu – et je vous y encourage – de faire mémoire

de tous les moments et les actions de qualité qui furent les lieux de l’œuvre de l’Esprit. L’été qui vient apportera bien des occasions de faire halte pour prier. Des retraites et des sessions seront proposées, comme des pèlerinages ou des missions. Vivons cela en famille ou entre Pentecôte 2019 Malelamis. Osons nous arrêter pour vivre ce nécessaire ressourcement du corps et de l’esprit.

Passé l’été, la rentrée scolaire doit nous encourager à nous engager pour le catéchisme. Appelons les enfants au catéchisme ! Ayons cette audace d’inviter ceux qui sont parfois a priori plus éloignés : j’ai moi-même été témoin que lorsqu’un parent ouvre sa porte pour créer un petit groupe dans un village, les fruits sont magnifiques, pour les enfants comme les parents. De nouvelles relations humaines et sociales plaisantes se créent ouvrant au partage de vie. Notre Pentecôte ne sera donc pas un point final mais un appel à développer les appels de l’Esprit Saint au cours de l’année scolaire 2019/2020.

Le mois d’octobre 2019 sera un mois missionnaire extraordinaire.

À la fin de la grande guerre, le Pape Benoît XV avait voulu une nouvelle impulsion pour l’annonce de la foi porté par toute l’Église. Pour le centenaire de cette lettre apostolique Maximum illud, le pape François a rappelé que l’envoi des disciples en mission par Jésus (Mc 16, 15) garde toute son actualité. La mission, rappelle le saint Père, « n’est pas une option pour
l’Église ». C’est une « tâche obligatoire » qui dit l’identité même de l’Église. Avec les mots de saint Jean-Paul II dans l’encyclique
Redemptoris missio, le pape François a donc appelé l’Église à « renouveler son engagement missionnaire » et à se laisser renouveler par la mission. Comment ne pas répondre à cette invitation ? Dans chaque paroisse ont commencé des réflexions pour envisager des activités. « Quel est le projet de Jésus ? Que ferait-il lui-même s’il venait un mois dans notre
paroisse ? Où irait-Il ? Qui visiterait-Il ? » Cherchez ensemble les réponses à ces questions et mettez ensemble vos talents au service du Christ ! Chaque fidèle, quel que soit son état de vie, ses dons propres a reçu en plénitude les dons de l’Esprit par le baptême et la confirmation. N’éteignons pas l’Esprit. Mais mettons-nous à l’écoute et au service de Dieu. Priez et Dieu mettra en vous des appels parfois simples comme visiter une personne ou rendre un service. Alors en regroupant les réponses de chacun, en élaborant en communauté d’Église un projet, vous ferez de ce mois d’octobre un moment inspirant et fécond qui nous rendra heureux. Rappelons-nous le témoignage de saint Jean « Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or nous sommes, nous aussi, en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et nous écrivons cela, afin que notre joie soit parfaite. » (
1 Jn 1, 3-4) Oui, la joie de la foi vient en nous quand nous témoignons et que nous osons proclamer : « Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. » (Ac 2, 32)

La Vierge Marie, en ce mois d’octobre qui lui est consacré, nous accompagne

et j’ai proposé que l’on prie au cours de ce mois d’octobre dans chaque village selon la formule : « Un jour, un clocher, un chapelet ». Chaque communauté paroissiale pourrait inviter les habitants du village et préciser les intentions des cinq dizaines du chapelet : la municipalité, les anciens et les défunts, les enfants et les éducateurs, les familles, les travailleurs et les chômeurs. Osons ! En communicant, en invitant largement, en veillant aussi à la convivialité et à la chaleur humaine de ces moments autour de l’Immaculée, dans cette prière si simple du chapelet, nous pourrons réunir largement. Osons ! 400 chapelets dans les 400 églises du département. N’est-ce pas un beau défi ?

 Visionnez la vidéo : Octobre 2019 -Mois missionnaire

Je prie avec affection avec vous et pour vous tous. Puissions-nous accueillir toujours plus le Christ dans nos vies.

Rendre nos cœurs semblables au Sien. Certes la vie quotidienne comprend son lot de souffrances, de douleurs, de difficultés. L’Eure & Loir n’est pas épargnée. Mais pour qui connaît le Christ, pour qui vit avec Lui, c’est bien la joie qui est promise. Accueillons-Le et annonçons-Le ! Il est notre Sauveur et notre Espérance. Notre joie.

Enfin, je voudrais vous adresser la bénédiction de Dieu. En cette fin d’année scolaire, je vous espère en mesure de prendre du repos. Pour nous chrétiens qui désirons la Paix qui vient de Jésus, nous sommes destinataires de sa bénédiction. Je souhaite qu’elle illumine votre vie, vous soulage dans les peines, vous encourage dans vos projets, qu’elle fortifie votre fraternité, qu’elle vous emmène sur des chemins missionnaires nouveaux. Soyez bénis et priez pour votre évêque.

Merci.

Monseigneur Philippe Christory, Évêque de Chartres.

Télécharger la lettre pastorale pentecôte 2019, en PDF

Partagez : 
191ae77d510453cb006d902f838d6f28HHHHH