Message du  vendredi 21 aout 2020

« Combien plus grande alors sera la gloire du ministère de l’Esprit ! »

Ce cri de Saint Paul (2 Co 3,8) nous ouvre des perspectives nouvelles pour notre Église, spécialement en Eure-et-Loire. Comme l’avait souhaité le saint Pape Jean XXIII en ouvrant le Concile Vatican II, c’est une effusion de l’Esprit que nous appelons de nos vœux par nos supplications adressées à Dieu. Nous verrons la Gloire de Dieu, affirme saint Paul. Jésus l’a promis : après son ascension, nous verrons des œuvres plus grandes que celles qu’il a faites parce que l’Esprit Saint nous a été donné. Amen, Alléluia !

Lors de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, célébrée le 15 août, notre union à Dieu a été renforcée. Ce fut une belle journée, haute en couleurs, à Chartres avec la grand-messe et la procession qui partit de la maison diocésaine de la Visitation pour remonter par la butte des charbonniers jusqu’à la cathédrale. Le reliquaire que nous portions témoignait de l’histoire de Chartres, le voile qu’il contient ayant été donné en l’an 876 par le roi Charles le Chauve aux chanoines du chapitre. Nous portions aussi la statue de Notre-Dame de Chartres, une Vierge assise, « trône de la sagesse » qui nous présente son fils Jésus. Nous avons chanté les vêpres, sous les si belles voûtes de la nef, accompagnées par le grand orgue. Il était bon d’honorer ainsi la Vierge, la Mère de Dieu. Elle est bénie entre toutes les femmes et nous nous appuyons sur sa présence parmi les saints et les saintes du Ciel pour lui demander son intercession en toutes circonstances, dans les joies comme dans les épreuves. Sa prière est puissante et elle nous encourage à la fidélité.

Les messes paroissiales nous rassemblent, plus ou moins nombreux selon les églises. Tous les fidèles ne sont pas revenus, certains s’abstenant d’être présents dans l’assemblée à cause de leur fragilité physique et préférant suivre la messe sur Radio Grand Ciel ou à la télévision. La liturgie catholique reçut du Concile Vatican II un nouvel élan pour être celle de tout le peuple de Dieu qui célèbre et loue d’un seul cœur Dieu le Père. C’est Jésus qui œuvre pour faire du pain et du vin offerts lors du sacrifice eucharistique son corps et son sang. Tous ensemble, nous formons son peuple saint. Ce don est essentiel à notre vie, et Jésus a promis la vie éternelle : « je suis le pain vivant venu du ciel, si quelqu’un mange de ce pain il vivra éternellement. » (Jn 6, 51) Notre communion joyeuse est particulièrement exprimée dans les réponses chantées ensemble. Le chantre (ou l’animateur) est là pour nous entraîner mais il n’occupe pas l’espace sonore puisqu’il s’efface autant que possible afin que chacun soit libre d’ajouter sa voix au chœur commun. Si nous participons personnellement, nous le faisons en communion avec tous ceux qui sont là. Nous associons aussi les absents pour lesquels nous prions, particulièrement les malades et les mourants. Faudrait-il plus d’intériorité à nos liturgies ? Possiblement mais ce n’est pas tant le cadre ni la forme du rite qui garantissent l’intériorité, mais bien le choix libre et voulu par chacun qui ouvre la voie à la profondeur de ce que nous vivons. J’aimerais vous donner quelques clés utiles pour entrer plus avant dans la louange eucharistique et l’intimité de Dieu. Vous savez qu’aucun sportif ne court une épreuve sans un long échauffement. Son corps et son esprit s’y préparent. Pareillement, nous pouvons nous préparer à vivre la messe. Comment ? En méditant les textes bibliques la veille ou le matin pour désirer entendre le commentaire du prédicateur. En arrivant en avance pour nous mettre en présence du Christ avec des prières intérieures de confiance et d’abandon. En priant le chapelet en chemin vers l’église pour qu’avec la Vierge Marie, notre cœur se dispose au Mystère de la vie du Christ. En choisissant de chanter même si nous connaissons peu les chants pour accompagner l’assemblée. En remerciant le Seigneur pour ceux et celles qui nous entourent au sein de l’assemblée. Enfin, en nous avançant vers la communion préparée consciemment à recevoir le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, notre Dieu et sauveur Jésus-Christ. Cela appelle une véritable prostration intérieure devant la grandeur de Dieu. Nous connaissons tous la force d’une liturgie bien animée et chaleureuse. Cependant nous n’aurons pas toujours cela spécialement dans des lieux reculés où peu de personnes sont présentes. Mais ce sera la même eucharistie, source de grâces, si nous nous y engageons de tout notre cœur, en louant Dieu pour le prêtre qui officie et les quelques fidèles présents. Sortir de la routine est d’abord un choix du cœur et de la volonté. Êtes-vous prêts ?

La rentrée scolaire approche. Elle sera particulière. Tous les enfants reprendront-ils le chemin de l’école ? Les parents retrouveront-ils leur lieu de travail ?. Certains seront au chômage malheureusement, d’autres resteront en télétravail. Les conditions sanitaires sont en discussion. Le masque s’impose au travail dès que nous sommes deux personnes. Les conseils des grands professeurs de médecine sont parfois contradictoires : nous ne savons plus s’il faut un surcroît de protection ou au contraire nous détendre face au virus. Ce flou peut susciter une forme d’inquiétude. Soyons prudents, mais si les gestes barrières sont nécessaires, la fraternité doit trouver toutes les formes possibles pour se déployer notamment vers ceux qui sont isolés. Un appel téléphonique peut faire tant de bien !

Avec la rentrée des écoles, viendra aussi la reprise du catéchisme et des aumôneries. Le premier est pour les enfants du primaire, les aumôneries pour nos collégiens et lycéens. Beaucoup y retrouveront leurs amis, les animateurs et animatrices. On les appelle souvent catéchistes. Mais si les plus motivés ont déjà noté ces rendez-vous dans leur agenda, tous n’ont pas aisément accès aux informations et tardent à inscrire leurs enfants. Aussi, par ce message, par Radio Grand Ciel, surtout par chacun de nous qui pouvons informer nos proches et nos voisins, il est urgent de faire connaitre cette belle proposition. Découvrir la Bible, suivre la vie de Jésus dans les Évangiles, recevoir le baptême et faire sa communion, que de belles richesses. La Parole de Dieu est lumineuse et encourage à vivre dans le respect et l’amour de soi et des autres. Elle fait découvrir combien nous avons de la valeur aux yeux de Dieu, elle nous donne confiance en nous-même car oui, Il nous aime infiniment. Elle montre que la nature est un don précieux et demande un soin nouveau pour la préserver. Idéalement une rencontre hebdomadaire de catéchisme d’une heure et demie voire de deux heures est nécessaire. Ce moment s’inscrit pleinement dans la vie puisque le cycle des semaines fonde notre rythme naturel. Dans certains villages, des parents créent eux-mêmes des équipes de catéchisme à domicile ou dans une salle paroissiale ou communale. Cela peut apparaître complexe à mettre en place, mais les parcours existants donnent des outils, des textes et des images, tout un support pédagogique et de prière pour aider ceux et celles qui s’y engagent. Je les en félicite car notre vie de foi est celle d’une famille, notre Église. La solidarité est transversale lorsque chacun apporte ses talents à l’œuvre commune.

Quand ce message vous parviendra, beaucoup seront en route vers Lourdes pour le pèlerinage annuel qui regroupe des adolescents, des pèlerins et l’hospitalité chartraine. Cette année, treize malades feront le voyage au lieu des 120 habituels. Nous savons combien beaucoup de malades sont déçus de ne pas venir, car ce pèlerinage est souvent pour eux le voyage de l’année, entourés de l’affection de tous. Mais personne ne sera oublié. Nous prierons à la grotte de Massabielle pour chacun, des cartes seront envoyées, Radio Grand Ciel donnera des messages et permettra de suivre quelques moments. Comme saint Paul l’écrit aux habitants de Corinthe, j’aimerais dire à tous : « De toute évidence, vous êtes cette lettre du Christ, produite par notre ministère, écrite non pas avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non pas, comme la Loi, sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur vos cœurs. » (2 Co 3, 3) Nous écrirons dans nos cœurs les noms de tous nos amis, malades ou bien-portants, afin qu’en chaque célébration et prière, avec vous, nous soyons reliés par Jésus au Père éternel. Et nous vous remercions de nous garder en vos cœurs et vos prières.

Avec la Vierge Marie, livrons-nous à l’Amour.

Maintenant je vous bénis au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Ensemble, prions l’Angelus.

  1. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie

R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.

Je vous salue Marie, ….

  1. Voici la Servante du Seigneur

R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous salue Marie…

  1. Et le Verbe s’est fait chair

R/ Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie…

  1. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu

R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions :

Que ta grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l’ange, tu nous as fait connaître l’Incarnation de ton Fils bien aimé, conduis-nous, par sa passion et par sa croix jusqu’à la gloire de sa résurrection, par Jésus, le Christ notre Seigneur.

Partagez : 
1403aedb26ad316832617e2ac0c35478PPPPPPP