Psaumes autrement

PsaumesAutrement_TractRecto

L’an passé, le groupe de pastorale 28, rassemblant pasteurs protestant, évangéliques, prêtres orthodoxe et catholique, avait relevé le défi de faire se rencontrer le dimanche, les chrétiens des différentes confession.

Cette année, pratiquement sur le même mode, il nous est proposé  de découvrir comment chaque confession vit et prie les psaumes. Ce livre de la Bible dit toute notre humanité, nos joies, nos peines, nos supplications, nos demandes, nos remerciements, il dit aussi toute notre aspiration à rencontrer Dieu, miséricordieux, puissant, et proche de chacun.

Ainsi c’est en frère que nous nous retrouverons les vendredi soir pour écouter chaque tradition de prière avec les psaumes, et c’est encore en frère que nous nous retrouverons au culte, à l’office ou à la messe le dimanche pour rendre grâce au Seigneur, et enfin, nous partagerons le repas auquel chacun aura contribué pour sceller cette amitié.

Oui, il est bon, et cela est facile de reconnaître mon frère chrétien d’une autre confession et de me réjouir avec lui, il est parfois moins aisé au quotidien de supporter son choix d’une prière spontanée ou la pesanteur d’une liturgie qui m’embarrasse.

Fort de l’expérience de la prière commune des 20, 21 et 22 janvier, nous pouvons aller plus loin dans cette conversion à l’unité :

Le frère Philippe Verdin (o.p.) livre un trait d’espérance sur le site « un psaume dans la ville » :

« Il s’agit pour moi d’une conversion radicale du cœur et du regard. Voir mon frère et ma sœur avec les yeux de Dieu. (…) Alors les frères et les sœurs seront ma joie et ma consolation, mon soutien et mon espérance. Qui sait ? Mes frères et sœurs chrétiens deviendront peut-être même mes amis ? »

Vous pouvez retrouver toutes ces informations et leurs mises à jour sur le blog oecumenismechartres.unblog.fr

Vincent Alix

Oui, il est bon, il est doux pour des frères
de vivre ensemble et d’être unis !

On dirait un baume précieux,
un parfum sur la tête,
qui descend sur la barbe, la barbe d’Aaron,
qui descend sur le bord de son vêtement.

On dirait la rosée de l’Hermon
qui descend sur les collines de Sion.
C’est là que le Seigneur envoie la bénédiction,
la vie pour toujours.

Partagez : 
c4cc66337d4622f25c21a67ea728a92bDDDDDDDDDDDDDDD