salon de l’agriculture 2016

Agriculture : quelles conversions ?

Mgr Pansard, de profil, au salon de l'agriculture avec la délégation des évêques de France

Mgr Pansard, de profil, au salon de l’agriculture avec la délégation des évêques de France

Pour la première fois, une délégation composée de 15 évêques, dont Mgr Pansard, s’est rendue au Salon de l’agriculture. L’Église de France manifeste sa proximité et son soutien aux agriculteurs qui, bien souvent, sont dans des situations difficiles. Plus largement, c’est son attention au monde rural qu’elle veut réaffirmer.

 

La crise agricole, nous sommes tous concernés !

Par la prise de parole de Mgr Philippe Mousset évêque de Périgueux et Sarlat, accompagnateur de la mission rurale pour la Conférence des évêques de France, l’Église de France

manifeste sa proximité et son soutien aux agriculteurs qui, bien souvent, sont dans des situations difficiles. Plus largement, c’est son attention au monde rural qu’elle veut réaffirmer.
Retrouvez son édito ici
 agriculture 28

Article de Pierre Wolf-Mandroux paru dans le journal La Croix du mardi 1er mars 2016

Tout sourire, l’homme tapote l’encolure d’une vache limousine sous les crépitements des flashs. Puis il discute races de bovinés avec l’éleveur. « En Savoie, nous avons la tarine », précise-t-il.

Une scène banale au Salon de l’agriculture, à ceci près que celui qui s’enquiert des caractéristiques de l’animal n’a rien n’a rien d’un homme politique. Il s’agit de Mgr Philippe Ballot. L’archevêque de Chambéry fait partie de la délégation de quinze évêques qui s’est rendue lundi porte de Versailles, une première depuis la création de l’événement en 1964.

L’Église face à la souffrance du monde agricole

Leur venue répondait au désir de l’Église de faire entendre sa voix dans un contexte de grande souffrance chez les agriculteurs. « Nous avons bien sûr publié des textes sur la crise agricole, mais il faut reconnaître qu’ils sont peu lus », remarquait Mgr Laurent Percerou, évêque de Moulins.

Généralement issus de diocèses ruraux, ces évêques ont d’abord insisté sur l’urgence de rompre l’isolement des agriculteurs. Ils ont aussi rappelé que l’Église pouvait véhiculer un message d’espérance auprès d’eux. « Nous leur répétons que la vie est devant eux et que Dieu n’abandonne pas ses enfants », insistait Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc.

> Lire aussi : L’Église en lutte contre la solitude des agriculteurs

Pas de solutions techniques, mais un dialogue

Ils ont aussi souligné qu’ils n’étaient pas là pour proposer des solutions techniques ni prendre la place des politiques. Après les sifflets et insultes essuyés par François Hollande, samedi 27 février, au Salon et la mise à sac du stand du ministère de l’agriculture, la délégation épiscopale a voulu placer sa visite sous le signe de l’apaisement et du dialogue.

Elle est ainsi passée dans de nombreux stands, dont ceux de deux syndicats agricoles, saluant Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), comme les membres de la Confédération paysanne. « Tous les syndicats sont complémentaires, chacun, à sa manière, cherche des solutions », a relevé Mgr Philippe Mousset, évêque de Périgueux.

> Lire aussi : Les évêques de l’Ouest soutiennent les agriculteurs

« Quinze évêques, ce n’est pas assez pour sauver le monde agricole, mais c’est une heureuse initiative », a apprécié André Bouchut, cultivateur de champignons et de myrtilles dans la Loire. Bien que « de moins en moins pratiquant », Nicolas, éleveur laitier dans le Jura, s’est dit aussi « réconcilié avec la foi par les propos sur la terre de l’Église et notamment du pape François ».

La Mission Rurale est un service de l’Église de France.

Elle a reçu la charge de soutenir la mission de l’Église dans le milieu rural auprès de ses divers acteurs pastoraux à travers les diocèses, mouvements, services, congrégations, communautés et de sensibilités variées. Elle comprend le Carrefour de l’Église en Rural (CER) qui est composé des Mouvements et Congrégations
religieuses et familles spirituelles inspirés de la pédagogie de l’Action Catholique (Voir-Juger-Agir) …
Elle met en œuvre des moyens pour :
Être à l’écoute, soutenir, favoriser la réflexion, la formation et la communication pour et entre les différents acteurs d’Église en rural (Diocèses, missions rurales, responsables diocésains de pastorale rurale,…)
Collaborer, soutenir et/ou valoriser les initiatives en direction des populations en rural vivant des réalités difficiles comme les populations délaissées des «zones Hyper rurales » ou les jeunes en milieu populaire.
Organiser régulièrement des rencontres nationales pour des vicaires épiscopaux, des délégués diocésains pour le monde rural, des DMAF (Délégués pour les mouvements et associations de fidèles) ou des diacres en rural.
Favoriser et s’engager dans le « partage des joies et des peines, des luttes et des espoirs des femmes et homme de ce temps » du monde rural et participe à l’annonce de l’Évangile.
Cette année, 4 priorités concentrent l’attention de la Mission Rurale :
Une enquête dans chaque diocèse sur les réalités socioéconomiques, agricoles et sur les initiatives pastorales en rural et « hyper-rural »
La constitution d’une base de données (avec un site hébergé par celui de la Conférence des évêques de France) pour une compréhension sociologique du rural pour de nouveaux acteurs et un partage d’expérience et de moyens…
L’organisation d’une session pour des responsables de la Pastorale Rurale en février 2016 à partir des initiatives d’aujourd’hui et le soutien d’une dizaine de groupes de travail qui en ont découlé…
Auprès des agriculteurs en situation précaire et dramatique (dont des jeunes) de même que les populations fragilisées en Hyper-rural ou comme nouveaux arrivants déracinés..

 

 

Enregistrer

Partagez :