Semaine missionnaire mondiale

Le mois d’octobre est consacré à la mission

Du 17 au 24 octobre, la Semaine Missionnaire Mondiale appelle les catholiques à la prière et au partage, pour soutenir la vie et la mission des Églises locales du monde. La quête du Dimanche de la Mission (24 octobre) est le point culminant de la Semaine Missionnaire Mondiale. Elle a été instaurée par le pape Pie XI en 1926. Elle est dévolue aux Œuvres Pontificales Missionnaires.

 

 

Cette année, le Pape François annonce un thème fort : « Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4, 20). Et explique « C’est une invitation à chacun d’entre nous à « assumer cette charge » et à faire connaître ce que nous avons dans le cœur. Cette mission est et a toujours été l’identité de l’Église : « Elle existe pour évangéliser » » Lire la suite

« Tout baptisé est une mission » : Le pape François nous demande de prier pour que chaque baptisé soit impliqué dans l’évangélisation, disponible pour la mission, à travers un témoignage de vie ayant le goût de l’Évangile.  https://www.prieraucoeurdumonde.net/

 

Dans notre vie de tous les jours et près de chez nous, comment mettre cela en action ?

En paroisse, la Mission se vit tous les jours et à chaque instant. Don Antoine Storez et Laurie Saintamon (bénévole de 29 ans) nous partagent leur réflexion au sujet du porte à porte à Maintenon.

Laurie : « J’ai choisi de vivre cette mission pour faire connaître notre communauté chrétienne et plus précisément le patronage, un très beau projet auquel je participe qui permet aux jeunes de développer leur créativité et leur imagination dans une ambiance joyeuse, un cadre bienveillant avec des valeurs humaines et spirituelles. »

DA : « Nous avons choisi de lancer ces missions « porte-à-porte » pour 3 raisons principales :

D’abord parce que Jésus nous encourage à sortir pour la mission : « Allez donc ! De toutes les nations, faites des disciples…Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 19-20).
Les visites à domiciles dont pratiquées par Jésus lui-même et recommandées par lui à ses disciples. L’épisode où il s’invite chez Zachée de manière impromptue nous montre qu’une visite peut faire beaucoup de bien.
L’Eglise n’a cessé ensuite de pratiquer les visites à domiciles pour annoncer l’Evangile : St François d’Assise et les frères mineurs, Saint Dominique et les frères prêcheurs, Saint François de Sales et la Visitation, le curé d’Ars, la conférence St Vincent de Paul, … et tant d’autres !

Ensuite, le secteur paroissial étant assez vaste, je me rends compte qu’il y a des quartiers entiers que je ne connais pas et où la paroisse est peu présente. Ces missions « porte-à-porte » nous donnent l’opportunité d’aller dans ces quartiers et de rencontrer les gens.

Enfin, comme le disait Laurie, parce que nous sommes en train de créer un patronage hebdomadaire pour les 6-11 ans dans un but d’évangélisation des familles. Aujourd’hui, les enfants inscrits sont essentiellement issus de familles proches de la paroisse. Nous voulons simplement élargir le cercle en allant directement à la rencontre des familles.

Pouvez-vous nous dire concrètement comment cela se passe ? Etes-vous toujours bien reçu ? 

DA : « Nous nous retrouvons dans l’église de Maintenon pour un briefing pour repartir de l’Evangile, donner quelques aspects concrets pour la pratique du « porte à porte » et prier ensemble. Ensuite nous partons deux par deux dans des quartiers ciblés préalablement. Nous nous retrouvons en fin de mission pour un debriefing. Des personnes s’engagent parfois à porter la mission dans la prière pendant tout le temps du porte à porte ».

Laurie : « Nous sommes toujours en binôme, et quand on commence avec une personne qui a déjà vécu cette mission. C’est plus facile ».

DA : « L’accueil est variable d’une maison à l’autre. La plupart des personnes rencontrées sont indifférentes ou méfiantes, mais polies ! Certaines parlent facilement au chevet de leur porte ou par la fenêtre, et se montrent heureuses de rencontrer des chrétiens. Parfois nous sommes accueillis pour boire un café ou partager un morceau, donnant l’occasion de discussions plus profondes ».

Laurie : « Il nous arrive de trouver porte close, ce qui laisse plus de temps pour des personnes qui ont des choses à échanger. Nous ne sommes jamais seuls car nous sommes au service et portés par les prières d’autres paroissiens ».

DA : Une difficulté ? Mon manque de foi sûrement. Les portes fermées ne sont pas vraiment une difficulté… il suffit de continuer sa route. Et la joie d’une belle rencontre emplie tellement le cœur qu’elle couvre largement les frustrations de ce type.

Avez-vous des joies à nous partager lors de se « porte à porte ?

Laurie : « Chaque mission est riche et porte des fruits différents, parfois difficilement identifiables sur le moment. Nous sonnons aux portes mais les gens restent libres de nous accueillir et peut-être qu’ils ouvriront plus tard à d’autres personnes. Mais il y a au moins un fruit personnel : la confiance que nous font les personnes qui nous accueillent, quelques soient leurs convictions, me touche et me donne beaucoup de joie ».

DA : « Il y a des situations assez cocasses. Récemment nous avons été accueillis par un évangélique en robe de chambre écoutant de la pop louange à plein régime ou, pour une autre mission, par tout un groupe de femmes musulmanes très curieuses d’entendre des chrétiens parler de leur foi. On tombe parfois sur les personnalités connues ou sur des gens de très humble condition.
Les visites qui me touchent le plus sont celles où la personne qui nous ouvre la porte a justement une question précise sur la foi ou vit une difficulté dans sa relation à Dieu. Dans ce cas, je prends davantage conscience que Jésus est le premier missionnaire ; il a déjà préparé le terrain et nous sommes ses instruments. C’est source d’une grande joie.
Le premier fruit est la joie surnaturelle que cette pratique suscite. Les rencontres sont parfois très ordinaires, mais je constate que mystérieusement elles donnent toujours un élan. Pour ma part, après ce genre de mission, j’ai envie de parler à tout le monde, je me sens prêt à me lancer dans de grands projets, à prêcher, à faire des choses folles par amour du Christ ».

Quels conseils donneriez-vous à une paroisse qui voudrait se lancer dans le porte à porte en paroisse ?

Laurie : Allez-y ! A l’époque du numérique, il est important de favoriser les vraies rencontres car les personnes ont cette soif d’échanges et d’écoute et sont parfois très seules. Nous sommes au service d’une cause plus grande, qui nous porte, nous guide et nous invite à témoigner de l’amour de Dieu.

Vous recherchez une mission près de chez vous. Nombreuses paroisses recherche à compléter leurs équipes de préparation mariage, préparation au baptême, catéchistes, aide à l’entretien … N’hésitez pas à vous rapprocher directement de votre paroisse : cliquez ici pour trouver votre paroisse !

 

  • Rejoindre le Parcours Alpha, pour en savoir plus sur ce parcours, cliquez ici !
  • Ce dimanche 24 octobre invitez un proche, un voisin, un ami… à participer à la messe avec vous. Les équipes liturgiques auront l’attention nécessaire de l’accueil.
  • Visiter les personnes âgées, isolées  à domicile  : une visite, un appel téléphonique, un petit mot pour leur dire et redire : je pense à toi et le Seigneur est avec toi « je suis avec toi tous les jours  (Mt 28,20).  Offrir un bouquet de fleurs, partager des photos, échanger avec eux …
  • « Les tables ouvertes » : un dimanche par mois la paroisse Notre Dame de Chartres organise une « Table ouverte » à tous, en particulier les personnes seules ce jour-là. On y retrouve une grande variété d’âge et de provenance dans une rencontre très conviviale.  Pour en savoir plus cliquez ici !
  • Accueillir des catéchumènes qui se présentent dans votre paroisse.
  • Les associations ont aussi besoin de nous comme : la conférence Notre Dame de Chartres (St Vincent de Paul) qui organise un repas tous les dimanches d’hiver pour les personnes de la rue. Contact : 02 37 28 27 94 –  https://www.cathedrale-chartres.org/paroisse/solidarite/st-vincent-de-paul/

Partir à l’autre bout du monde

Trois jeunes femmes de notre diocèse sont parties en ce début d’année scolaire à l’autre bout du monde pour suivre l’Appel du Seigneur et vivre la Mission auprès des plus petits, des plus faibles.

De gauche à droite :
Capucine SIMON, infirmière au Liban
Élodie PERDEREAU, professeur des écoles au Cameroun
Claire CLAVEL, professeur des écoles au Mali

Écoutez le témoignage d’Elodie Perdereau dans l’émission de Radio Grand Ciel.

 

La prière pour la Semaine missionnaire 2021

Dieu notre Père,

Tu as donné à Pierre et aux autres apôtres
le courage de témoigner de ton Fils,
mort et ressuscité pour révéler ton Amour.
Ils ne pouvaient pas taire ce qu’ils avaient vu et entendu.

Nous te prions d’envoyer de nombreux
missionnaires, afin que Jésus-Christ soit
connu, aimé et servi dans le monde entier.

Répands sur nous ton Esprit,
qu’il fasse de nous des témoins
de ta Parole, joyeux et audacieux.

Amen

 

Prions pour chacune de ces missions soient belles et qu’elles portent du fruit pour notre Église !

Partagez : 
76d61d461a2cfdc9fed95b41df43a7d7OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO