Vivre ce que le Christ a fait de nous par grâce

Quelques jours après la clôture de l’année sacerdotale voulue par le pape Benoît XVI, j’ordonnerai prêtre Hugues de Tilly. « Chrétien avec vous », il deviendra « prêtre pour vous »,
par l’imposition des mains et le don du Saint-Esprit. Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel des prêtres et des évêques ne se comprennent qu’en repartant du Christ consacré par l’Esprit et de ce qu’il a fait et ne cesse de faire pour nous.

L’Eglise doit vivre ce que le Christ fait d’elle, fait de nous : des enfants de Dieu réconciliés, vivant la fraternité scellée dans son sang versé pour nous et pour la multitude ; des sarments de la vigne unique qu’est le Christ ; des membres du Corps du Christ avec une égale dignité baptismale dont aucun ne peut dire d’un autre qu’il n’en est pas ; des hommes et des femmes dont la communion entre eux est communion avec le Dieu trinitaire ; des chrétiens dont l’engagement dans tous les domaines de la vie témoigne de l’Evangile qui les a saisis et transformés;
des baptisés dans le souffle de l’Esprit, levain dans la pâte, participant à la construction d’un monde plus juste et fraternel ; des disciples engageant leur vie en la donnant par amour pour ceux qu’ils aiment, en s’unissant à l’offrande que le Christ fait de sa propre vie. C’est cela le sacerdoce royal, le sacerdoce commun à tous les fidèles du Christ : vivre ce que le Christ a fait de nous par grâce. Ce qu’il a fait de nous par grâce est aussi une tâche à accomplir : devenir effectivement le Corps du Christ.
« C’est lui le Christ qui donne à tout le peuple racheté la dignité du sacerdoce royal* ».
L’Eglise doit aussi signifier et vivre l’initiative du Christ agissant « pour nous les hommes et notre salut ».
Le sacerdoce ministériel rend présent l’initiative de Dieu pour ce corps dont le Christ est la tête. « C’est Lui qui choisit, dans son amour pour ces frères, ceux qui recevant l’imposition des mains, auront part à son ministère*. » Le sacerdoce des évêques et des prêtres est ordonné au sacerdoce commun, comme l’initiative
et l’agir du Christ est ordonné à faire de nous son Corps, son Peuple, ses témoins.
Une fâcheuse manie consiste à chercher le spécifique en regardant qui ce qui reste aux prêtres quand on a retiré tout ce des baptisés peuvent faire, comme si nous pouvions définir un chrétien, un baptisé en regardant ce qui lui reste quand on a
retiré tout ce qu’un non chrétien peut faire et vivre.
On arrive alors à une définition par soustraction et finalement réductrice. Or, ce qui caractérise les prêtres c’est d’abord, un sacrement, l’ordination
comme le baptême caractérise les baptisés.
Ce qui caractérise les prêtres c’est d’abord, un sacrement, l’ordination, qui les donne à l’Eglise, les habille de la tenue du serviteur et les engage à servir et manifester par toute leur vie l’initiative du Christ, le Bon Pasteur qui aime, guide, prend
soin et nourrit son peuple.
Les prêtres le vivent avec leurs richesses et pauvretés, leurs bons et mauvais caractères, les jours avec et les jours sans, avec leur sainteté et leur péché. Ils
le vivent dans toutes les dimensions de la vie ecclésiale et pas seulement quand ils célèbrent les sacrements.
C’est aussi vrai quand ils enseignent, animent l’équipe pastorale, président un conseil économique ou un conseil de solidarité, accueillent des fiancés ou visitent des malades, aident des frères dans la foi à découvrir et discerner ce que le Seigneur
attend d’eux, quand ils témoignent de l’amour du Bon Dieu et sont serviteurs de sa miséricorde, quand ils portent le souci de faire découvrir le Christ à ceux qui ne le connaissent pas ou plus…
« Agir en nom et place du Christ », ce grand et beau ministère réclame le dépouillement d’une vie
donnée. Grand et beau ministère qui rend encore plus scandaleux et honteux le crime de ceux qui ont abusé et fait violence à des petits, des enfants.
Au terme de cette année sacerdotale, et au moment où beaucoup vont fêter l’anniversaire de leur ordination, je tiens à remercier mes frères prêtres pour
leur coopération dans l’exercice du ministère apostolique.
Rendons grâce à Dieu pour leur fidélité dans la tenue de service.

* Préface de la messe chrismale.

✚ Mgr Michel Pansard, évêque de Chartres

(Paru dans Eglise En eure Et loir n° 151- juin 2010)

Partagez :